Le féminisme blanc

Témoignage d’Amandine Gay sur le féminisme blanc

Le féminisme blanc ne traduit pas l’expérience de toutes les Femmes (vidéo en anglais et sous-titrée en anglais)

 

L’afroféminisme

L’afroféminisme est évidemment né indépendamment du féminisme occidental dit traditionnel. Il n’est pas qu’une réponse ou une réaction au manque d’intersectionnalité de ce dernier. Des mouvements féministes non-blancs se sont développés en parallèle du féminisme médiatiquement, socialement et politiquement valorisé.

En effet, en France, le féminisme dit traditionnel ne prend pas en compte l’identité raciale. Les Femmes noires subissent des pressions bien plus larges que ce qui est combattu par le féminisme blanc traditionnel. Les Femmes noires sont poussées à penser que leurs caractéristiques étaient laides par nature : nez épaté, cheveux bouclés ou crépus, peau plus ou moins foncée, etc.

Les féministes blanches veulent se départir des attributs de beauté que les diktats leur imposent et qui les infériorisent vis-à-vis des hommes. Mais pour les Noires, auxquelles on a toujours dit que leurs traits étaient laids, le fait de se battre pour que ces attributs soient reconnus comme beaux prend tout son sens. Notre revendication est d’affirmer que notre corps est aussi beau que les autres alors que nous sommes invisibles médiatiquement. | Rokhaya Diallo

Au-delà des pressions liées à la beauté, la Femme noire souffre d’une représentation médiatique faible et stéréotypée. Elle est soit une délinquante, une fille exotique et sensuelle, une « angry black woman », une « mama africaine », etc.

D’autre part, une Femme noire ne bénéficie pas du même traitement qu’une Femme blanche dans les mêmes circonstances. En effet, une Femme blanche dénudée, c’est sensuel, esthétique, classe et artistique. Mais une Femme noire faisant la même chose, c’est vulgaire, anti-féministe et dégradant. Il suffit de voir la réaction d’Emma Watson critiquée pour ses photos presque topless. En effet, elle se défend en argumentant que le féminisme, c’est laisser le choix aux Femmes (et là-dessus, elle a raison). Pourtant, elle-même critiquait Beyoncé pour ses clips sexys. Deux poids, deux mesures…

Ainsi, à la fois exclues du combat féministe traditionnel car noires et du combat anti-raciste car Femmes, les Femmes noires peuvent retrouver dans l’afroféminisme l’intersectionnalité nécessaire à leur émancipation. C’est donc un féminisme par et pour les Femmes noires.

 

Voile et féminisme

Le féminisme blanc met en avant comme argument contre le voile les pressions que subissent certaines Femmes contraintes de le porter. Certes, certaines Femmes subissent ces pressions. Elles ne représentent pas la majorité des Femmes voilées mais elles existent.

Vouloir « libérer » ces Femmes est en apparence une belle cause. Pourtant le féminisme blanc a ce défaut néo-colonial de vouloir soustraire les Femmes a une pression pour leur en infliger une autre : celle de l’Occident avec l’image d’une Femme en mini-jupe ou bikini, épilée, maquillée et jeune. Toutes ces « caractéristiques » représentent elles aussi des pressions exercées sur les Femmes occidentales. Les Femmes voilées n’ont pas besoin de ce jugement paternaliste et européo-centré qui voudrait que le voile soit une oppression puisque imposé. Dans la majorité des cas, le voile n’est pas imposé, c’est un choix.

Etre voilée est loin d’être incompatible avec le féminisme, tant que c’est un choix de vie. Alors, que le féminisme traditionnel laisse les Femmes concernées s’exprimer et décider pour elles-mêmes car si elles doivent être « sauvées », le combat doit être mené par elles-mêmes et non par un mouvement non-concerné par le voile et les discriminations liées et teinté d’idéologie néo-coloniale.

 

Le féminisme, c’est laisser le choix

Si une Femme souhaite porter une mini-jupe/un voile, s’épiler ou non, se maquiller ou non, combattre ses rides ou pas, le choix ne revient qu’à elle et elle seule. Aucune pression sociale, religieuse, patriarcale ou médiatique ne devrait interférer dans son choix.

C’est comme cela que devrait être le féminisme : laisser le choix à la Femme de décider pour elle-même. Le féminisme européo-centré néo-coloniale ne doit pas penser, s’exprimer et décider à sa place. Les Femmes ne sont pas des enfants ou des victimes à libérer.

Le féminisme, c’est notamment laisser aux Femmes le choix de leur tenue, de disposer de leur corps. Les Femmes sont des êtres doués d’intelligence, de libre arbitre et de décision. Ce n’est pas faire rentrer toutes les Femmes dans un moule, comme le machisme le fait à sa manière en fait. Ce moule occidentale et paternaliste est tout aussi oppressant que le port imposé du voile dans certains pays.

Evidemment qu’il faut protéger les Femmes victimes de pressions (patriarcales, religieuses, sociales, etc). Mais les soustraire à une pression pour leur infliger la pression du féminisme européo-centré néo-colonial, non merci. Chaque Femme doit pouvoir faire ses propres choix.

16 avril 2016

RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT